Rechercher

L'esprit du souffle

La détente du corps entraîne celle de l’esprit. C’est pourquoi la méditation, dans un monde parfois stressant, intéresse de plus en plus. Et, à travers elle, la respiration, fonction tellement automatique qu’on a tendance à l’oublier. A s’oublier. La reprendre en main, c’est penser à sa santé.

En Occident, la méditation est une méthode de gestion du stress et des émotions. Alors qu’il s’agit initialement de quitter un état d’égo pour un état d’unité avec le sacré, l’Univers. La principale difficulté est de ne pas s’identifier au mental. Il est donc judicieux de se concentrer sur un « objet », comme le souffle. Plus on est stressé, plus le mental est agité et la respiration saccadée. Mais plus on médite, plus elle est calme et profonde, et agit sur tout notre être.


Fonction vitale de l’organisme, la respiration lui apporte l’oxygène, carburant des cellules, et permet l’élimination de toxiques sous forme de gaz. Tout le corps en profite : cerveau (concentration, mémoire…), système cardiaque, musculaire, digestif…

Au-delà des bienfaits physiques, il existe une connexion entre respiration et relaxation, à conditions de bien respirer : colonne vertébrale étirée, l’abdomen se gonfle à l’inspire pour laisser le diaphragme descendre, le thorax se soulève, les épaules restent basses. A l’expire, on rentre le ventre afin de bien relâcher le diaphragme pour qu’ensuite les poumons se remplissent pleinement. Idéalement, l’expire est plus longue que l’inspire afin de ralentir la fréquence cardiaque.


La détente s’opère à l’expire : elle n’implique aucune tension musculaire, c’est le relâchement total. Si on est bien relié à soi, des émotions inattendues peuvent nous surprendre. Quand le mental s’efface, tout ce qu’on a enfoui remonte. La respiration ventrale naturelle sollicite la sangle abdominale, siège des émotions. On touche parfois à des blocages anciens. La respiration profonde et consciente peut aider à dénouer même des tensions qu’on ignorait, d’où l’importance de se connecter à son souffle.


Vous trouverez ci-dessous un exercice de respiration de d'évacuation du négatif :

Minute 1 : inspirer sur 4 secondes et expirer sur 6 secondes.

Minute 2 : prendre une grande respiration, la bloquer, serrer les poings, mettre le corps en tension et laisser venir tout ce qui nous encombre (contrariétés, frustrations, stress…). Puis ouvrir les poings et relâcher le corps en expirant puissamment par la bouche. Répéter 3 fois.

Minute 3 : répéter le minute 1 pour un retour au calme.


BONNE DETENTE !