Rechercher

Le psychisme et les émotions de l'élément Bois en Médecine Traditionnelle Chinoise



En médecine chinoise, les facultés psychiques, tout comme les émotions, se trouvent totalement liées aux fonctions physiologiques. Chaque organe est en quelque sorte la racine matérielle d’une expression mentale ou émotionnelle spécifique.

Aux organes « Bois », foie et vésicule biliaire, reviennent respectivement le pouvoir de planification et de décision. Ces deux facultés doivent aller de pair pour rendre l’action efficiente. Si l’énergie de ces organes est équilibrée et forte, nous aurons peine à choisir, décider, planifier ou donner une direction à notre vie. L’esprit d’initiative, d’engagement, dépend également de la vésicule biliaire.

Dans le cycle Cheng, le Bois étant le support du Feu (organe coeur), ces facultés vont nourrir efficacement l’activité mentale liée au cœur et ainsi, la clarté d’esprit, la lucidité et le calme accompagnent nos décisions. Au quotidien, la gestion du temps est en général remarquable chez les personnes dont les fonctions des organes « Bois » sont saines, non seulement dans la ponctualité mais aussi dans la planification d’une journée ou d’un travail sur plusieurs jours. Elles peuvent mener de front plusieurs activités qui seront accomplies dans les temps, au prix souvent d’un certain stress bien assumé.


Sur le plan émotionnel, l’impatience, la colère et l’irritabilité seront le lot d’un foie déréglé, tandis que la rage, la colère rentrée, exprimeront un déséquilibre de la vésicule biliaire. Le sentiment de frustration, d’insatisfaction, ainsi que la jalousie, sont aussi des expressions pouvant émaner de ces organes. Imaginez le cercle vicieux susceptible de s’installer lorsque, incapable de prendre une décision ou une orientation, vous laissez les autres prendre l’initiative à votre place. Cette décision, qui profondément ne vous convient pas, engendre à son tour un sentiment de frustration ou de la colère, qui se retourne vers l’entourage. Or à la base, c’est votre incapacité à décider ou à choisir, qui a donné du champ à l’initiative d’autrui… Ce sentiment de frustration, s’il persiste, déséquilibre plus encore le foie ou la vésicule biliaire et renforce la pathologie.


Lorsque l’énergie du foie est trop forte, le pouvoir de décision et l’esprit d’initiative rétrécissent totalement le champ de vision : « Je veux changer le papier peint » ou encore : « je veux que mon fils fasse telles études », le terme « je veux » se transforme en « j’exige », sans tenir compte des désirs de l’autre ou du bien-fondé de la décision. Une énergie, par son dynamisme inhérent, pousse l’individu à agir contre vents et marées. Si les évènements font que les plans ne peuvent pas être mis à exécution, la colère et la frustration sont dévastatrices. Lorsqu’un déséquilibre énergétique du foie ou de la vésicule biliaire se traduit par ce genre d’émotions, celles-ci s’accompagnent souvent de maux de tête, insomnie, agitation ou hyperactivité, crispation des mâchoires, dents serrées la nuit, problèmes oculaires, douleurs prémenstruelles, ou encore de tensions musculaires, plus particulièrement dans les épaules et la nuque.


Pour apaiser le « feu du foie », réduire l’irritabilité et la colère, employez leur antidote : la patience. Celle-ci naît spontanément si vous élargissez votre champ de vision et ce, dans tous les sens du terme. Il s’agit de prendre du recul face à la situation qui vous irrite. Lorsqu’on est impatient, irrité, c’est en général parce que la situation ne répond pas à notre attente : nous voudrions que notre prochain fasse exactement ce que nous aurions fait à sa place. Remarquez cette projection systématique lorsque la colère monte : c’est, à chaque fois, la faute de l’autre, lorsque nous commençons à bouillir. Or, l’autre est différent de nous. Il s’exprime selon ses propres schémas émotionnels et mentaux. Elargir son champ de vision consiste à reconnaître cette différence, à écouter l’autre tel qu’il se présente. Il n’y a jamais de véritable agent déclencheur de notre colère, mais simplement notre désir frustré qui nous coupe de la situation telle qu’elle est.


Source : Les 5 saisons de l’énergie – Isabelle Laadig – Editions Désiris

Emmanuelle Lamisse - Thérapeute en soins énergétiques